Forêt : Le Cameroun suspend l’exploitation du Bubinga et du Wengue

La décision est du Ministre des Forêts et de la Faune qui augmente par ailleurs le montant de la mise à prix du Bubinga pendant les ventes aux enchères publiques.

C’est par arrêté N°2401/MINFOF/CAB du 09 novembre 2012 que l’information a été rendue publique.  Le Ministre NGOLE Philipe NGWESSE  suspend l’exploitation des essences forestières Bubinga et Wengue sur  l’étendue du territoire du domaine national à titre conservatoire. La décision « reste valable jusqu’à l’aboutissement de la procédure d’introduction de ces essences dans les annexes de la Convention sur le commerce International des Espèces et de Flore Sauvages Menacées d’Extinction (CITES) » précise l’arrêté ministériel.

La décision de suspendre toute exploitation du Bubinga et du Wengue arrive à un moment où plusieurs entreprises détentrices de titres d’exploitation forestière  dans le domaine national possèdent les essences querellées.  Certains opérateurs  économiques voient déjà en cette décision un probable manque à gagner pour leurs affaires. Mais le ministre des forêts se veut rassurant. « Une autorisation spéciale d’évacuation de grumes sera délivrée  aux détenteurs de stocks constitués dans les titres d’exploitation en cours de validité, après vérification effective de la provenance légale des bois sur le terrain » déclare Philipe NGWESSE. Toutefois, les opérateurs économiques en possession de stocks de Bubinga et de Wengue devront  les déclarer auprès de l’administration en charge des Forêts dans un délai « maximum d’un mois »  à compter de la date de signature de l’arrêté.

L’essence Bubinga encore appelé au Cameroun ESSINGANG est identifiable à son apparence brun rouge. Il sert à la fabrication des manches de couteau, des lambris, des sièges de luxe, des charpentes lourdes, de fond de véhicules ou de conteneur, des meubles courant entre autres.

Dans l’optique de minimiser l’exploitation forestière illégale du  Bubinga,  le Ministre en charge des Forêts a  décidé le 09 novembre 2012 d’augmenter son prix de vente. Désormais donc, au cours des différentes ventes aux enchères publiques, « les mises à prix du Bubinga sous forme de grumes et de débités sont de 700 000 F CFA/m3 » lit-on dans une lettre –circulaire du MINFOF dont nous avons copie. Par le passé, les mises à prix de cette essence oscillaient entre 11 200 F CFC/m3 et 225 000 F CFA/m3. Cette augmentation « permettra  à l’Etat d’engranger des moyens financiers substantiels sur la vente de ce produit  au regard de la flambée des prix de la ressource sur le marché national et international » justifie le Ministre.

Mireille Tchiako

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s