Joseph FA’A Embolo : Emprisonné pour avoir défendu ses terres

Un chef de famille s’était opposé à l’occupation chinoise de sa terre dans la localité de Nanga-Eboko au Cameroun. Conséquence, cinq mois au bagne.

Photo FA'A

M. Fa’a Embolo

31 mai 2011.Une date inoubliable pour Joseph Fa’a Embolo. L’homme de 51 ans a passé sa première nuit à la prison principale de Nanga-Eboko, sans en connaître les raisons officielles. C’est pendant son transfert de la gendarmerie à la prison qu’il captera au travers d’une conversation entre les gardiens de prison, les raisons de son incarcération « J’ai entendu dire que le préfet a donné l’ordre de m’enfermer pour cause d’entrave à la voie publique et abattage illégal d’arbres » se souvient-il.

A l’origine de cette arrestation, l’« opposition farouche » de monsieur FA’A Joseph à la descente d’une équipe de Brigade des Travaux Spéciaux envoyée à Akak, localité située à 15 km de Nanga-Eboko par le Ministre des Domaines et des Affaires Foncières. L’équipe s’y rendait le 23 mai 2011 pour effectuer les corrections des erreurs commises dans le processus de levés topographiques par la commission départementale, lit-on dans le rapport transmis au parquet d’instance par le Sous-préfet Théophile BEINA NGUIA. Un argument que rejette en bloc Joseph FA’A. « Cette commission est revenue borner les terrains sans prévenir les populations pour limiter l’espace à donner aux chinois. Et je me suis opposé parce que mes terres ne figuraient pas sur les sites identifiés par le ministère de l’agriculture. Donc leur travail était illégal ».

L’homme dit être passé de la parole à l’acte après avoir interpellé à son passage et sans succès le véhicule transportant ladite équipe. C’est ainsi que « j’entreprends d’abattre trois fromagers avec l’aide d’un scieur pour barrer la piste qui mène à mes terres. Mes terres se trouvent à Walla et à Engan hors de la zone du projet de riz des chinois. Pourquoi viennent-ils jusqu’ici pour poser des bornes sur mon terrain ? Ce n’est pas normal ». En effet, l’arrêté n°000475 du MINDAF signé le 24 mars 2009 déclare d’utilité publique une superficie d’environ 100 hectares aux lieu-dits Nkoteng dans l’arrondissement de Nkoteng, Ndjoré dans l’arrondissement de Mbandjock, Akak, Bifogo, Ndokoti et Boundja dans l’arrondissement de Nanga –Eboko pour les travaux de réalisation des projets agricoles dans le Département de la Haute –Sanaga. C’est donc sur ce document officiel que la victime s’appuiera pour contester les travaux de bornage de son terrain et sa cession aux investisseurs étrangers. Le site « Akak » sur lequel devra s’implanter le projet de riz de la société chinoise IKO AGRICULTURE DEVELOPMENT CO LTD se trouve à Akak, hameau situé dans le village éponyme qui en compte quatre autres (Ekomba, Loum, Walla et Engane) déclare Joseph FA’A qui nous présente comme preuve, une carte du village. Il précise que son terrain de 1015 hectares au centre de son arrestation se trouve dans les deux derniers hameaux.

La descente aux enfers de cet agriculteur commencera le 24 mai 2011 lorsque le Sous-préfet de Nanga-Eboko, informé de ce qu’une équipe commise par le ministre en charge des domaines n’a pas pu réaliser sa mission du fait de l’opposition d’un individu. Rendu sur le site et ayant constaté le barrage de la voie, le Sous-préfet ordonnera l’arrestation de Joseph FA’A et de son scieur, et demandera au Délégué Départemental des Forêts et de la Faune d’engager une procédure contre les mis en cause pour abattage illégal d’arbres indique- t-il dans son rapport concernant l’affaire. Il précise par la suite avoir obtenu du Préfet du Département de la Haute-Sanaga « un bon de garde à vue administrative de 15 jours renouvelables pour grand banditisme et la mise des intéressés à la disposition de la justice ». Aussitôt, les deux hommes seront conduits à la gendarmerie de Nanga-Eboko.

Aucune ouverture

M. FA’A Embolo séjournera en cellule durant sept jours sans avoir la possibilité d’en informer ses proches. « Le soir du 24 mai 2011 lorsqu’ils m’ont conduit en cellule à la gendarmerie, ils ont refusé que j’appelle ma femme ou quelqu’un de ma famille. J’ai demandé la présence d’un conseil avant de faire ma déposition en vain. Et c’est face à ces refus que je me suis tu pendant six jours. Le 7è jour, ils ont fait appel à mon épouse et à mes deux grandes sœurs pour faire pression afin que je puisse parler. Au bout d’un temps j’ai cédé et on a enregistré ma déposition. Après ils m’ont dit que la suite se passera au parquet. Malheureusement, la suite ne se passera pas au parquet ; monsieur Fa’a sera directement déféré à la prison centrale de Nanga-Eboko sans aucune forme de jugement. Ici, les gardiens de prison lui apprendront que sa garde à vue à été prolongée et signée du Préfet et non pas par « le commandant de brigade comme me l’avait annoncé les gendarmes ayant enregistré ma déposition ».

Une pilule amère pour ce chef de famille qui a pris la résolution du fond de sa cellule de ne pas lâcher prise. Et monsieur Fa’a se souvient avoir été racketté à son entrée en prison. « Les gardiens de prison m’ont dépouillé de la somme de 25 000 FCFA expliquant que cette somme représentait les frais de cour, de local, d’hygiène et de rasage » raconte t-il. Dans le local 2 où il dit avoir été affecté par le régisseur de la prison, c’est l’enfer sur terre. Ici, « c’est le local des bandits, des fumeurs de chanvre. Il n’y a pas de lits, aucune ouverture. Les prisonniers ont essayé de perforer les murs pour obtenir un peu d’air et de lumière. On étouffe. 75 personnes pour un espace de 10 m sur 15. Le local est sale, poussiéreux et on y fait la cuisine sur le réchaud à pétrole » décrit l’homme qui y aura séjourné jusqu’à sa mise en liberté provisoire le 28 septembre 2011.

En date du 23 juin, monsieur FA’A passera devant le Procureur de la République pour faire sa déposition et en sortira le 23 juin avec un nouveau chef d’accusation: « rébellion ». L’agriculteur sera informé de ce que la première audience de l’affaire FA’A Embolo et ZE EVINA contre Ministère Public et Sous- préfet de l’Arrondissement de Nanga-Eboko aura lieu dans quatre jours au Tribunal de Première Instance –Chambre Correctionnelle de Nanga-Eboko. Le père de famille n’ayant aucune assistance juridique sollicite et obtient le report de l’audience dans l’optique de chercher de l’aide. Sa terre, il ne veut pas la perdre. Elle lui a été léguée par ses ancêtres et il compte bien la défendre. « Je pense à mes enfants. J’ai une famille nombreuse à nourrir et je ne peux accepter qu’on me la prenne » affirme t-il.

Abus

Lorsque l’ONG Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) lui tend la main, monsieur FA’A voit un signe du Tout Puissant. Le Prédicateur Laïc plus que déterminé va collaborer avec l’un des conseils juridiques du CED, Me Din NGOLLE. L’avocat saisi du dossier dénonce « les abus d’autorité, la violation des textes en vigueur, les vices de forme dans la procédure de l’arrestation de mon client».

Au terme de deux audiences, Joseph FA’A obtiendra la liberté provisoire et recevra son bulletin de levée d’écrou le 28 septembre 2011.

Du fait de la proximité de son terrain avec le fleuve de la Sanaga, Joseph FA’A avait « viabilisé le site de Walla en 2006 en creusant une route de près de 5km à partir de la Nationale N°1 jusqu’au bord de la Sanaga pour désenclaver la zone en vue des projets agropastoraux » argue t-il. C’est fort de cela qu’il avait barré la voie à l’équipe ministérielle qui venait y poser des bornes d’où son inculpation pour « entrave à la voie publique ». Pour monsieur Fa’a donc, il ne s’agit pas d’une voie publique, mais bien d’une voie privée, ouverte par ses soins, à ses frais, pour désenclaver ses terres. Pour preuve supplémentaire, l’ancien détenu de Nanga Eboko indique que cette route ne figure pas sur les cartes routières officielles du Cameroun.

Lors de l’audience du 28 novembre 2011 la défense a produit une un document délivré par l’exploitant forestier ayant ouvert la piste querellée. Ce document atteste que la piste a bien été ouverte par ladite entreprise à la demande et au profit de sieur FA’A EMBOLO. « Le Ministère public a fait opposition, mais a été débouté », raconte fièrement Me DIN NGOLLE.

Au final, le père de famille a été condamné à un an de prison avec sursis pendant trois ans. L’Avocat a fait appel et aucune décision n’a plus été rendue. Aujourd’hui en liberté, l’agriculteur dit avoir introduit auprès des autorités compétentes une demande d’obtention du titre foncier pour « sécuriser ses 1015 hectares ». De son expérience, Joseph FA’A a tiré des leçons, ce qui lui a permis de fonder l’Association pour la Protection de l’Environnement et des Droits de l’Homme (A.P.E.D.HO.), pour venir en secours, entre autres, à ses anciens camarades de détention. Ses dénonciations concernant le traitement infligé aux détenus de la prison principale de Nanga-Eboko tout comme les violations diverses dont sont victimes les habitants de son village lui a valu via son association, une reconnaissance de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH). Une « fierté » qui l’encourage, dit-il, à continuer son combat.

Une enquête de Mireille Tchiako

Publicités

2 réflexions sur “Joseph FA’A Embolo : Emprisonné pour avoir défendu ses terres

  1. Pingback: PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT : DES DÉFENSEURS INQUIÈTES AU CAMEROUN | Le RURAL.INFO

  2. Le recours à la force n’était pas une bonne idée pour défendre ses terres même avec raison ce qui lui a valu une incarcération . Cependant cela a permis de faire connaitre les conditions de détention des prisonniers de cette localité . je lui conseillerai à travers son association de contacter aussi avocat sans frontière qui travaille précisément sur cette question sur les conditions de détention dans les prisons Camerounaises.
    Courage à ce monsieur qui a osé défendre ses terres!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s