Afrique : Dans les profondeurs de l’Uranium

Les organisations de la société civile d’Afrique sont réunies à Yaoundé au Cameroun pour se former sur l’impact de l’exploration et de l’exploitation de ce minerai.

L’uranium fait partie de nombreuses sources d’énergie comme le pétrole, le gaz naturel ou le charbon. Ce « minerai uranifère »à la fois radioactif, chimique et toxique, est principalement utilisé pour produire de l‘électricité et pour l’armement, mais il est aussi important en médecine et dans l’industrie. Seulement, pour extraire l’uranium d’une mine, il faut «détruire de grandes surfaces de terres qui resteront inutilisables des dizaines d’années. Et pour produire une tonne d’uranium, il faut9.7 tonnes équivalent pétrole. Ce qui concourt fortement à l’émission des gaz à effet de serre » a-t-on appris.

C’est fort de tous ces constats que la société civile africaine a décidé de retrouver autour d’une table pour apprendre davantage sur les effets de l’uranium aussi bien dans sa phase d’exploration que dans sa phase d’exploitation.Le minerai déjà exploité au Niger, au Malawi, en Namibie ou en Afrique du Sud est actuellement en phase d’exploration au Cameroun et pourra dans les années à venir, être exploité au Tchad au Botswana en RCA, au Gabon etc. où des activités de recherche sont en cours.

La formation qui déroulera du 28 au 31 janvier est organisée par le Service National Justice et Paix (SNJP) de la Conférence Episcopale Nationale du Cameroun (CENC) en partenariat avec une fourchette d’acteurs de la société civile africaine et européenne.

 By Mireille Tchiako

Publicités

Une réflexion sur “Afrique : Dans les profondeurs de l’Uranium

  1. pour info, lire l’histoire de l’aborigene en Australie qui a reussi a tenir tete a Areva, et a gagne le combat contre areva qui voulait exploiter sa terre extremement riche en uranium.
    http://www.theage.com.au/national/french-uranium-challenge-to-kakadu-heritage-listing-20110619-1ga6o.html
    L’homme a reussi, tout seul, a lutter contre ce grand groupe, qui a tente le passage en force en demandant carrement au gouvernement australien de les aider a se debarasser de cet obstacle.
    Areva n’a pas reussi a le corrompre avec tous les dollars par millions qu’ils lui promettaient. Le mec vis comme garde forestier, il gagne juste de quoi se nourrir et ca lui suffit. Un beau pied de nez au capitalisme.
    Je trouve cette histoire incroyable, un conte. Ca peut etre une idee pour le Cameroon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s