Cop 21 : Les ONG tancent l’Union européenne

A quelques jours de la tenue des négociations sur le climat à Paris, l’Europe est accusé de soutenir les projets du secteur du charbon, responsable des émissions toxiques dans l’air.atlas europe charbon 2015

L’Europe reste encore un des principaux consommateurs de charbon. En 2015, « elle souffre encore de la dégradation de ses paysages à cause des grands projets de mines de charbon, notamment en Allemagne, et des émissions toxiques rejetées dans les pays dépendants du charbon comme la Pologne » renseigne Jagoda Munic, présidente des Amis de la Terre International. Cette résistance à l’élimination progressive de la production de charbon lui fait dire que « l’Europe doit renoncer à son système énergétique antidémocratique, irresponsable et injuste pour un système contrôlé collectivement, équitable et sans répercussions pour le climat. »

Cette interpellation de l’Ong part d’un constat : c’est que l’Europe continue d’extraire et de brûler du charbon à l’intérieur même de ses frontières. Les pays européens se servent de l’argent public pour financer des projets de charbon polluants, qui bafouent les droits humains dans le monde entier, tout en sous-traitant des émissions aux pays du Sud dépendants encore du charbon – en particulier en Chine – pour produire des biens de consommation pour l’Europe.

Si le continent souhaite mener une transition vers un monde sans émissions et avoir de l’influence pour défendre un accord sur le climat à la COP21 à Paris, « il est indéniable que l’Union européenne doit envoyer un signal très clair concernant l’abandon des combustibles fossiles, et en premier lieu du charbon » déclare Ralf Fücks, président de la fondation Heinrich-Böll-Stiftung.

Concrètement, proposent les ONG, l’UE doit améliorer les instruments de sa politique de transition vers une ère sans émissions. Et l’une des principales stratégies est « la réorientation de l’énergie vers des objectifs beaucoup plus ambitieux, y compris en fixant un coût raisonnable pour les émissions de CO2. Car ces dernières années ont montré en Allemagne et dans d’autres pays européens qu’une forte hausse de la part des énergies renouvelables serait non seulement parfaitement compatible avec les exigences des économies très industrialisées, mais générerait aussi des effets importants et substantiels sur l’innovation et l’emploi » soulignent Barbara Unmüßig et Ralf Fücks, présidents de la fondation Heinrich-Böll-Stiftung.

atlas charbon 3Des initiatives en faveur de la recherche des sources d’énergies de substitution sont déjà perceptibles chez certains acteurs d’envergure mondiale. C’est le cas en Chine où le gouvernement a pris position pour une expansion rapide de l’énergie renouvelable et en 2014, constatent des experts, la consommation de charbon du pays a baissé pour la première fois depuis plus de trente ans. Aux États-Unis, les compagnies du charbon sont conduites à la banqueroute en raison du tournant pris par le marché en faveur des énergies renouvelables et des autres sources d’énergie.

Face à ces progrès à encourager, les ONG tirent la sonnette d’alarme sur l’Union Européenne qui continue de subventionner les activités liées à ce minerai avec près de 10 milliards d’euros par an. « L’Union européenne et ses membres doivent cesser de soutenir les projets du secteur du charbon avec l’argent des contribuables. C’est une autre décision inévitable » tranchent Unmüßig et Fücks.

Mireille Tchiako

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s