Dénonciation : La technologie contre le pillage forestier

Les communautés des forêts équatoriales pourront désormais rapporter en temps réel les activités forestières illégales sur leurs terres grâce à un système novateur.

Pour la première fois, une technologie a été développée spécifiquement pour lutter contre l’exploitation illégale des forêts équatoriales a –t-on appris de la Rainforest Foundation UK (RFUK) qui a dévoilée son système novateur le 28 avril.

Il s’agit en fait de collecter des informations sur les activités illégales grâce à un matériel électronique (tablettes, ordinateurs, smartphones, modems et satellites), qui seront ensuite transmises dans une base de données en ligne via un émetteur satellite en moins de 20 secondes, pour un coût proche de celui d’un SMS ou d’un texto renseigne Simon Counsell, Directeur général de la RFUK.

Lire la suite

Publicités

Cameroun, forêt en péril

Image SGSOCLe bois tropical d’Afrique Centrale intéresse de plus en plus les acheteurs occidentaux. La demande mondiale de bois est en pleine expansion pour diverses raisons qui vont de la construction à la décoration en passant par  le chauffage et l’ornement. La France est devenue aujourd’hui le premier acheteur européen de bois tropical d’Afrique Centrale et 15% de son importation provient du Cameroun.  Un tiers de ce bois serait d’origine illégale dans ce pays miné par la corruption et où le commerce légal a bien du mal à s’imposer.

Les estimations de la Banque Mondiale montrent que 10 à 15 milliards de dollars par an sont perdus à travers le monde à cause de l’exploitation forestière illégale; avec près de 5 milliards de dollars perdus en raison des taxes et des redevances non perçues sur les récoltes de bois légalement autorisées, et ce à cause de la corruption.

Lire la suite

Gouvernance forestière: Les exploitants véreux dans le collimateur des communautés

Les populations des zones forestières ont été formées à la surveillance des forêts et sont désormais capables d’identifier et de dénoncer une exploitation illégale.

Guide OEFCe sont au total cent vingt-cinq observateurs indépendants locaux, constitués en réseau, et quinze organisations de la société civile (OSC) locale des zones forestières du Cameroun qui ont bénéficié des outils de lutte contre l’exploitation illégale des bois. C’est l’un des résultats des activités réalisées par le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED), une ONG basée à Yaoundé. L’Organisation a présenté, mardi 12 novembre à la presse, les contours de son projet intitulé « Accompagnement des OSC et des communautés à l’amélioration de la gouvernance forestière : appui à l’observation externe des forêts ». Lire la suite