Liberté sous caution pour Christopher Achobang

Les avocats de ce défenseur de l’environnement détenu depuis un mois à la prison de Mbengwi ont obtenu de la justice qu’il comparaisse désormais libre.

C’est par un communiqué de presse que la nouvelle a été rendue publique ce jour par le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED). L’Organisation se réjouit de cette décision du tribunal de Mbengwi parce qu’argue-t-elle, Christopher Achobang pourra « bénéficier de soins de santé appropriés à l’hypertension artérielle dont il souffre ». En plus de retrouver sa famille notamment son bébé de 2 mois, il va pouvoir «préparer sereinement sa défense ».

Le 17 juin prochain, date de son procès, M. Achobang comparaîtra donc libre. Pour mémoire, il a été arrêté et écroué à la prison de Mbengwi le 26 avril 2015. Il est poursuivi pour deux chefs d’accusation à savoir usurpation de la qualité de défenseur des droits de l’homme et incendie volontaire et destruction de biens. S’appuyant sur ses éléments d’enquête, le CED a récemment indiqué que ces actes d’accusations lui « semblaient infondées ».

Lire la suite

Publicités

Cameroun : Un défenseur de l’environnement aux arrêts

Il s’appelle Christopher Achobang. L’homme, reconnu comme militant des droits de l’homme est incarcéré à la prison de Mbengwi dans le Nord-ouest depuis le 26 avril 2015 a-t-on appris du Centre pour l’Environnement et le Développement (CED).christopher Achobang

L’ONG s’inquiète de la dégradation de son état de santé et la violation de ses droits civils et politiques et « voudrait attirer l’attention de la communauté nationale et internationale sur la situation de ce défenseur de l’environnement, et souhaite qu’il puisse bénéficier de la liberté sous caution sollicitée par son avocat, afin de pouvoir comparaître devant les tribunaux de Mbengwi ».

En effet, M. Achobang, père d’un enfant âgé de deux mois, est attendu devant le Tribunal de Première Instance de Mbengwi le 27 mai prochain. Il a été arrêté « alors qu’il offrait gracieusement sa médiation dans un conflit opposant bergers et agriculteurs dans la localité de Meta » a indiqué le CED. A l’origine du conflit, un incendie ayant entraîné la destruction des cultures d’agriculteurs et une hutte en matériaux provisoires.

Lire la suite