Gestion des terres: Les pays d’Afrique Centrale en quête de bonne gouvernance

terreLa crise alimentaire qui a secoué le monde en 2008 n’a pas épargné les pays de l’Afrique Centrale. Au lendemain des émeutes de la faim, de nombreux investisseurs se sont rués vers le continent à la recherche des terres arables. D’aucuns pour la production des agro-carburants, d’autres pour des produits vivriers destinés à l’exportation. La plupart des États ont vu en cet intérêt soudain un moyen d’accroître leurs économies. C’est ainsi que l’on a observé le phénomène des acquisitions des terres à grande échelle (ATGE) dont les bénéficiaires sont en général des multinationales étrangères. Les conséquences de cette situation se sont vite fait ressenties : déplacement involontaires des communautés locales, expropriations, conflits sociaux, difficile accès aux ressources etc. Ces ATGE dans les pays d’Afrique Centrale ont été favorisé en grande partie par la législation foncière qui, vieille de 30 à 50 ans, ne comportent pas de solutions aux problèmes actuels comme par exemple la cohabitation sur le même espace entre les communautés locales et les investisseurs. De nombreux pays ne disposant pas de plan national d’affectation des terres ou de plans cadastraux. Pour trouver des solutions à ces problèmes, de nombreux pays en Afrique ont entrepris de réformer leurs législations foncières. Certains ont déjà enregistré des avancées tandis que d’autres entament à peine le processus. Nous avons échangé avec les experts fonciers, les parlementaires et les responsables d’administration desdits pays. Tour d’horizon.

Lire la suite

Publicités

Les femmes: moteurs de la sécurité alimentaire au Cameroun

Femme_Africaine080311300La crise financière mondiale de 2008 a obligé de nombreux pays à réviser leurs politiques et stratégies pour transformer leurs économies afin d’assurer la sécurité alimentaire de leurs populations. Dans l’atteinte de cet objectif, le Cameroun a développé des stratégies visant principalement à alléger la faim et l’insécurité alimentaire, de façon à réduire pour la fin de l’année 2015, le nombre de personnes affamées en particulier dans les ménages vulnérables des zones urbaines rurales et périurbaines. Pour y parvenir, le pays devra miser sur les femmes, véritables moteurs de la sécurité alimentaire et responsables de plus de la moitié de la production alimentaire mondiale. Hélas, les efforts des femmes sont handicapés par le manque de ressources financières et techniques ainsi que des défis à l’accès foncier. Ces problèmes reflètent des pratiques discriminatoires de type genre que l’ensemble de la société camerounaise devrait surmonter. Enquête. Lire la suite

Joseph FA’A Embolo : Emprisonné pour avoir défendu ses terres

Un chef de famille s’était opposé à l’occupation chinoise de sa terre dans la localité de Nanga-Eboko au Cameroun. Conséquence, cinq mois au bagne.

Photo FA'A

M. Fa’a Embolo

31 mai 2011.Une date inoubliable pour Joseph Fa’a Embolo. L’homme de 51 ans a passé sa première nuit à la prison principale de Nanga-Eboko, sans en connaître les raisons officielles. C’est pendant son transfert de la gendarmerie à la prison qu’il captera au travers d’une conversation entre les gardiens de prison, les raisons de son incarcération « J’ai entendu dire que le préfet a donné l’ordre de m’enfermer pour cause d’entrave à la voie publique et abattage illégal d’arbres » se souvient-il.

Lire la suite

NIETE: Des populations aux abois

Elles réclament la terre pour se nourrir alors que les exploitations commerciales n’en finissent plus d’étendre leurs propriétés.

Une vue des plantations d'HEVECAM

Une vue des plantations d’HEVECAM

La pression foncière en milieu rural du fait de la ruée des investisseurs étrangers vers le Cameroun, des projets de développement nationaux et la cession croissante des terres arables concoure à la réduction des espaces accessibles aux populations qui y vivent. Conséquence directe de ce phénomène, le manque de terre pour une agriculture familiale de subsistance. Le problème touche aussi bien les populations bantoues que les peuples autochtones «pygmées». Illustration dans la région du Sud.

Lire la suite